Les 15 et 22 mars, toutes les raisons de manifester.

C’est sûr, c’est la crise mais… pour qui ?…

• Réorganisations et restructurations incessantes : nos collègues DSI viennent d’intégrer l’ACOSS, URSSAF 2020 se profile à l’horizon, transfert de l’ex. RSI vers le régime général, mais, pour l’instant c’est le brouillard…
Dans quelles conditions ? Combien de sites au final ? Quels métiers, quels régimes, quels services, quels effectifs sur chaque site ? Quel accompagnement ?

• La COG et le CPG 2018-2022 ne sont pas encore finalisés : quels objectifs et quels effectifs ?
On parle encore d’au moins 300 suppressions de postes et de nouvelles missions ! ! !

La Direction ne se pose qu’une question : Comment réduire les ressources et augmenter la productivité ?

 

• Plus de missions pour le recouvrement : CCVRP, APRIA-HARMONIE MUTUELLE, ORGANISMES CONVENTIONNES, RSI…
• Recrutement de CDD à longueur d’année sans embauche en CDI ou à la marge…
• Heures supplémentaires.
• Entraide entre sites pour la PFTR, la gestion des comptes, les listings… qui devient pérenne et se multiplie.
• Les portefeuilles et la charge de travail débordent. Répartir la charge de travail importante et complexe devient LA nouvelle forme d’organisation du travail !
• Les contraintes de productivité et de délais sont de plus en plus serrées.
• Les effectifs et les budgets de nos services publics ne cessent de baisser.
• La spécialisation par organisme, la mutualisation par site, sans plus aucune proximité avec les cotisants !
• Nos salaires sont bloqués depuis des années et nous perdons du pouvoir d’achat.
• La classification, qui date de 2004, est obsolète, promotions et pas de compétence deviennent une denrée rare !

A tout cela s’ajoutent des décisions politiques qui auront un impact négatif sur le devenir de notre protection sociale :

• La réduction des cotisations sociales pour la maladie et le chômage. La vendre comme une augmentation de pouvoir d’achat, c’est profiter de notre naïveté …de qui se moque-t-on ? !
Comment ce manque de ressources pour la sécurité sociale sera-t-il compensé ?
• Par l’augmentation de la CSG sur les pensions des retraités !….et oui, notre gouvernement nous dit froidement : « c’est normal, on privilégie les actifs » ! !
Mais oublie-t-il que les retraités ont cotisé des années, parfois 40 ans et plus pour toucher leur petite retraite ? ! ! !

La CSG est une contribution (donc un impôt) et non une cotisation sociale.

Qui nous dit qu’elle rentrera réellement dans nos caisses de sécurité sociale ? !

Notre sécurité sociale et notre protection sociale servent aux pouvoirs publics de caisse où ils piochent à tout va ! ! ! Mais c’est de notre argent dont ils se servent ! ! !

Grâce au travail de chacun, les cotisations sociales servent à financer nos allocations familiales, nos remboursements maladie, nos retraites de base et complémentaires, notre chômage…

• Et pour finir, les ordonnances MACRON vont fortement détériorer le dialogue social, donc la démocratie, avec les syndicats dans nos organismes. La création du Comité Social Economique (CSE) en 2019, supprimera le CE, le CHSCT et la DP. Le nombre de militants et les heures syndicales diminueront : il sera très difficile d’être auprès des salariés pour leur défense et garantir le respect de leurs droits.

La qualité de vie au travail est devenue un phénomène de mode. On invente des « trucs » pour faciliter la vie au quotidien des salariés de notre organisme : conciergerie sur tous les sites, salle de sport au siège…

Mais sur le terrain, ce n’est pas un sac de fruits bio ou un ourlet de pantalon qui améliorera les stocks et le nombre de comptes dans les portefeuilles, la pression incessante dans les services, les réorganisations ou chacun doit s’adapter au plus vite, les consignes qui doivent être respectées en ne donnant plus le loisir à chacun de prendre des initiatives, les délais de traitement de plus en plus contraignants, les feux rouges qui se multiplient dans un système V2 qui n’est plus adapté…….

Il est plus que temps de s’engager dans une lutte pour peser sur les décisions de notre Direction.
STOP aux suppressions d’effectifs !
STOP aux transferts de nouvelles missions !
STOP aux restructurations et à l’entraide !

• Nous exigeons des embauches en CDI pour rendre un service public de qualité,
• Nous exigeons une Indemnité « de vie chère » d’au minimum 20 points par mois, comme au RSI. Soyez nombreux à signer la pétition qui va circuler sur vos sites.
• Nous exigeons un seul vœu dans le futur projet « URSSAF 2020 »,
• Nous exigeons une nouvelle classification qui prenne en compte à la fois l’expérience, les diplômes et les besoins minimum pour vivre. Le niveau 1 doit être à 1 800€ brut minimum pour 35H sans expérience, qualification ou diplôme !

Le 15 mars : 9 Organisations syndicales appellent à la grève les retraités, les salariés de l’aide à domicile (AIPAD) et des maisons de retraite (EHPAD), pour nos retraites et pour une prise en charge de la perte d’autonomie par la sécurité sociale.
Le 22 mars : 7 Organisations syndicales de la fonction publique ont décidé d’appeler à la grève. Depuis d’autres professions assurant un service public les ont rejointes : la santé, la SNCF, l’éducation nationale, Pôle emploi, les organismes sociaux ….et le mouvement continue de s’élargir au-delà, car tous les salariés se sentent légitimement concernés par ces atteintes et entendent stopper la destruction sociale organisée par le gouvernement et le patronat !

Leurs difficultés et revendications sont les nôtres : manque de moyens, réductions d’effectifs drastiques et budgets insuffisants entraînant des conditions de travail déplorables, non reconnaissance des compétences, casse de nos droits, salaires insuffisants avec au final un service public dégradé !
Nous avons, nous aussi, toutes les raisons de les rejoindre dans l’action !

Vos syndicats CGT et UGICT-CGT appellent l’ensemble du Personnel de l’URSSAF IDF à se joindre à l’action, et à participer nombreux aux manifestations des 15 et 22 mars, en grève ou sous toutes les formes (CA/CC/RTT…).

 

Pour nous contacter, adressez vous aux délégué (e)s CGT ou Ugict-CGT de votre site ou du siège : Local CGT et UGICT-CGT : 01 56 93 69 87/88 au Lagny 1er étage porte 106
Courriel : cgturssafidf@orange.fr
Site Internet : « cgturssafidf.reference-syndicale.fr/ »

Imprimer cet article Télécharger cet article