Intervention du directeur en plénière CE du 24 Mai 2018

Le directeur a évoqué un contexte difficile avec une double contrainte portant sur la performance et les moyens, une politique salariale non dynamique. N’était-il pas directeur de l’Ucanss il y a peu ? !


Le directeur se dit conscient des difficultés liées à l’informatique et portera auprès de l’Acoss les dysfonctionnements et ses impacts. Depuis le temps qu’on nous le dit… et qu’on ne voit rien changer !

Sa première priorité est le CPG, déclinaison de la COG avec 880 ETP en moins au niveau national pour le recouvrement. Au moins 250 suppressions d’emplois sont à prévoir. Inadmissible.

Le calendrier : fin des négociations avec l’Acoss en juillet, arbitrage national fin juillet, information au CE de septembre pour avis en octobre, présentation au Conseil d’Administration d’octobre pour le vote.
60 départs en retraite avant fin mai 2018 : il va demander une dérogation à l’Acoss pour recruter (Omega, RJ, flux entrants et TLM).
Il nous a précisé : « on ne pourra continuer notre mission si on ne maintient pas à minima le nombre de postes » ! ! ! ! ! ! …. Nous sommes bien d’accord et nous nous chargerons de lui rappeler ses propos si besoin !

Au niveau de l’Activité :
Ce que l’on perd  : la paie au profit de l’Urssaf Midi-Pyrénées avec un transfert à l’horizon 2021 ; La gestion des comptes Pam au profit de l’Urssaf de Pays de Loire. Que deviennent les collègues de ces secteurs ? ? ?
Ce que l’on récupère : La moitié des coupons-chèques TI ; Les flux entrants non dématérialisés Bretagne et Champagne Ardennes. L’Urssaf IDF devient centre national des flux entrants dématérialisés avec l’Urssaf Rhône-Alpes.
L’Urssaf IDF sera le centre principal de l’activité liée au Certificats A1 des travailleurs détachés. L’Urssaf Corse et Nord-Pas-de-Calais seront les deux autres centres.
Le directeur souhaiterait réinternaliser la téléphonie pour la totalité des appels relatifs aux comptes gérés à l’Urssaf IDF (donc hors Paje et Cesu).

Le calendrier de transferts d’activités sera fixé lors de la négociation du CPG.
Concernant le RSI  : Il souhaite conserver les deux sites (Saint-Ouen et Dammarie les Lys). Une réponse de l’Acoss devrait intervenir mi-juin. Cependant pour une meilleure intégration des salariés du RSI, son souhait est de ne pas laisser ces deux sites qu’avec des agents du RSI.
Urssaf 2020
Le point devant intervenir à l’ordre du jour du CE a été reporté. Toutefois, le directeur précise que tant que les bases du CPG ne sont pas définies, il n’y aura aucune négociation possible ! La réunion de « négociation » du 23 mai avait été annulée au motif que les infos seraient données le 24 au CE…on est servi ! ! ! !

Concernant les grèves SNCF, il envisage de revoir les modalités de compensation. À suivre…

Voilà, au final, toujours aucune information concrète sur l’organisation de notre activité et sur Urssaf 2020 et toujours de mauvaises conditions de travail et beaucoup, beaucoup, d’inquiétudes pour tous sur l’avenir proche.
Informations complémentaires à suivre.

Le 25 mai 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article