Compte-rendu de la plénière CE du 24 mai 2018

La séance plénière a débuté sur des informations du Directeur général, vous pouvez lire le compte-rendu ici.

La CGT et l’Ugict-CGT ont émis un avis négatif sur la mise en place d’un accueil téléphonique à la DRH, secteur administration.
En effet, même si nous pourrions penser que les collègues de l’administration du personnel pourraient avoir de meilleures conditions de travail, le peu d’informations données par la Direction, laisse des incertitudes quant à cette mise en place.
Des études sont encore en cours, l’organisation des permanences et la formation des collègues ne sont pas définitivement arrêtées.
Que dire de l’accueil téléphonique et physique qui ne bénéficiera d’aucune compensation ! ! !

La CGT et l’Ugict-CGT ont émis un avis négatif sur l’outil de suivi de l’activité des inspecteurs et des contrôleurs.
Ce suivi individuel est une logique d’efficience, rendement, efficacité du chiffre, etc.
Cet outil aggravera le stress, surtout que les collègues qui n’atteindraient pas la moyenne, se voient remettre un document qui est censé objectiver le résultat…
Les salariés sont mis en compétition, poussés à aller encore plus vite, jusqu’à quand ?
L’Urssaf et les cotisants méritent mieux qu’une politique d’abattage par le chiffre ! !

La CGT et l’Ugict-CGT ont émis un avis négatif sur la mise en place d’une organisation dédiée concernant les appels téléphoniques de la CCVRP.
Depuis le transfert des salariés de la CCVRP, tous les appels des cotisants sont gérés par ces salariés sous un numéro unique. Ces collègues ne bénéficient pas de la prime de fonction qui, d’après un accord national, devrait être versée. A chaque instance, DP, CE et CHSCT, la CGT réitère le versement de cette prime.
L’idée de la Direction est de prendre quelques articles de notre accord sur les horaires variables, de l’accord national sur la prime de fonction et d’une information sur l’extension des HV aux gestionnaires de la PFTR, puis de mélanger le tout, et enfin, d’attribuer la prime de fonction de 4 %.
Conséquences : permanences obligatoires sur certains horaires, et un nombre de salariés précis sur ces horaires.
Pourquoi ces salariés ne sont pas considérés comme les autres ?

Création d’un département pilotage à la B52
La direction veut créer un département pilotage au sein de la … direction du pilotage !
Cette création semble arriver bien tard, sachant qu’elle est censée relever le double défi d’un meilleur accompagnement des comptes du régime général (alors que la DSN est déjà en place depuis plusieurs trimestres !) et d’un meilleur pilotage de la production (il serait temps !).

Information sur la GPEC
Des chiffres et des statistiques mais pas de prévision à long terme qui permettrait d’équilibrer les services.
Les salariés travaillant dans ce service ne sont pas responsables des suppressions de poste exigées par la Tutelle. L’année 2018 risque d’être extrêmement tendue, l’Acoss refusant toute embauche tant que le CPG n’est pas voté. A souligner que le nouveau Directeur a demandé une dérogation pour l’Urssaf IDF. A suivre…

Information relative à la mise en place d’entraide des équipes des centres d’accueil par la PFTR
Cette énième entre-aide entre service ne se ferait que sur volontariat. Pour obtenir des volontaires, la Direction offre la prime de fonction de 6 % et en cas de déplacement sur un autre site, la prime de fonction de 15 %.
Quand on sait que les gestionnaires ont fait du débordement pour aider la PFTR, qu’une journée d’entre-aide des collègues des centres d’accueil le 7 juin sera organisée pour les gestionnaires, voilà que la PFTR va devoir aider les centres d’accueil  ! ! ! !
C’est vraiment la démonstration que les suppressions d’emploi désorganisent les services !
Ce sont des embauches qui pourront pallier au surcroit de travail ! ! !

Prochaine plénière CE : 21 juin 2018
Faites nous remonter vos remarques et questions.
Messagerie : cgturssafidf@orange.fr

Imprimer cet article Télécharger cet article